Tur audio

Tur audiodocumenta Parcours Friedrichsplatz

2 Opriri tur

  1. Sumar tur audio
  2. Sumar tur audio

    Les espaces publics de la ville de Cassel diffèrent de ceux d’autres villes par la présence de prestigieuses œuvres d’art en extérieur, héritées de l’histoire même de la documenta. Avec l’ouverture progressive de nouveaux lieux d’exposition, les épisodes successifs de cette manifestation ont en effet intégré peu à peu l’environnement urbain dans leur programme. Des œuvres d’art spécifiquement conçues pour un lieu donné – intervenant dans le contexte urbain directement ou comme une sorte de commentaire – font ainsi partie de la documenta depuis 1977. Dans sa recherche d’une efficacité sociétale accrue, l’art réagit en effet de plus en plus à son contexte socialement défini, afin d’élaborer de nouvelles relations avec les espaces d’exposition. L’histoire de la documenta est aussi, de cette façon, l’histoire de son expansion dans l’espace public.

    Bien que toutes les œuvres et installations en extérieur soient dans le principe prévues pour être temporaires, seize créations exceptionnelles ont pu être durablement acquises à ce jour – donations ou acquisitions issues des documenta 6 (1977), documenta 7 (1982), DOCUMENTA IX (1992), documenta X (1997) et dOCUMENTA 13 (2012). Jusqu’à cette dernière, leur maintien en place n’a pas résulté d’une politique d’acquisition systématique, mais de l’engagement participatif de la population ainsi que de la diligence des artistes et des mécènes.

    Pour onze des seize œuvres d’art en extérieur de la documenta (dont l’installation des 7000 chênes), la ville de Cassel en a assumé la responsabilité en tant que propriétaire. Les œuvres d’art en extérieur se différencient par leurs dimensions et leur matériau, ainsi que par leurs intentions artistiques. Dans tous les cas cependant, elles sont représentatives de ce que chaque documenta entendait communiquer. Elles reflètent ainsi des étapes importantes dans l’histoire de cette exposition d’art mondiale et constituent des exemples actualisés des rapports de l’art avec les espaces urbains ou paysagers.

    L’exhibition de leur vitalité place ces installations au centre de l’intérêt du public. Production et appropriation s’accomplissent sous les commentaires critiques des citoyennes et des citoyens. Leurs réactions très souvent contrastées reflètent aussi les arguments échangés dans les débats sur l’art dans un contexte public.

  3. 1 Le Kilomètre terrestre vertical, Walter De Maria
  4. 2 Les Étrangers, Thomas Schütte
  5. 3 7000 chênes – Forestation municipale au lieu d’administration municipale, Joseph Beuys
  6. 4 Laserscape, Horst H. Baumann
  7. 5 Trois pour Un, Max Neuhaus
  1. Sumar tur audio

    Les espaces publics de la ville de Cassel diffèrent de ceux d’autres villes par la présence de prestigieuses œuvres d’art en extérieur, héritées de l’histoire même de la documenta. Avec l’ouverture progressive de nouveaux lieux d’exposition, les épisodes successifs de cette manifestation ont en effet intégré peu à peu l’environnement urbain dans leur programme. Des œuvres d’art spécifiquement conçues pour un lieu donné – intervenant dans le contexte urbain directement ou comme une sorte de commentaire – font ainsi partie de la documenta depuis 1977. Dans sa recherche d’une efficacité sociétale accrue, l’art réagit en effet de plus en plus à son contexte socialement défini, afin d’élaborer de nouvelles relations avec les espaces d’exposition. L’histoire de la documenta est aussi, de cette façon, l’histoire de son expansion dans l’espace public.

    Bien que toutes les œuvres et installations en extérieur soient dans le principe prévues pour être temporaires, seize créations exceptionnelles ont pu être durablement acquises à ce jour – donations ou acquisitions issues des documenta 6 (1977), documenta 7 (1982), DOCUMENTA IX (1992), documenta X (1997) et dOCUMENTA 13 (2012). Jusqu’à cette dernière, leur maintien en place n’a pas résulté d’une politique d’acquisition systématique, mais de l’engagement participatif de la population ainsi que de la diligence des artistes et des mécènes.

    Pour onze des seize œuvres d’art en extérieur de la documenta (dont l’installation des 7000 chênes), la ville de Cassel en a assumé la responsabilité en tant que propriétaire. Les œuvres d’art en extérieur se différencient par leurs dimensions et leur matériau, ainsi que par leurs intentions artistiques. Dans tous les cas cependant, elles sont représentatives de ce que chaque documenta entendait communiquer. Elles reflètent ainsi des étapes importantes dans l’histoire de cette exposition d’art mondiale et constituent des exemples actualisés des rapports de l’art avec les espaces urbains ou paysagers.

    L’exhibition de leur vitalité place ces installations au centre de l’intérêt du public. Production et appropriation s’accomplissent sous les commentaires critiques des citoyennes et des citoyens. Leurs réactions très souvent contrastées reflètent aussi les arguments échangés dans les débats sur l’art dans un contexte public.

Recenzii

A minimum rating of 1 star is required.
Please fill in your name.
  • Priyanka Dutta

    5 out of 5 rating 08-26-2017

    Excellent guided tour that really showed me some hidden gems in Kassel.

  • gut

    4 out of 5 rating 08-14-2017

    ok

  • E. Hubner

    5 out of 5 rating 07-09-2017

    Endlich erfahre ich die "wahren Hintergründe" der dauerhaft in Kassel gebliebenen documenta-Kunstwerke. Bringt einem die Stadt ein Stückchen näher. Danke

  • Susanne Ahrendts

    5 out of 5 rating 12-02-2016

    Ein tolles Angebot für jeden Kassel-Besucher.